Les secrets de la pathologie

Imprimer

La pathologie, une science, liée à la physiologie et à l'anatomie, ayant pour objet l'étude et la connaissance des maladies, leurs causes, mécanismes et symptômes, est une spécialité médicale qui n’intéresse pas beaucoup la techno-médecine contemporaine, raison pour laquelle l’allocation des moyens à des fins de recherche de la part de l’industrie pharmaceutique est proportionnelle à la rentabilité financière.

Ce n’est donc pas une surprise qu’en dépit de l’émergence d’un agent pathogène supposément inconnu à ce jour, on rechigne à examiner les corps des victimes décédées, d’autant plus qu’on a déjà trouvé un remède préventif, sous forme d’un vaccin novateur. Vu sous cet angle, le rapport bénéfice / risque est favorable.

Quoi qu’il en soit, il a fallu que deux médecins allemands à la retraite mènent l’investigation, pour que, peut-être, la confrérie des médecins actifs se réveille et constate que le roi est nu.

En début de cette année, Dr. Sucharit Bhakdi, ancien responsable, entre 1990 et 2012, de l’Institut de microbiologie médicale à l’Université Johannes Gutenberg à Mainz, avait émis l’hypothèse selon laquelle les vaccins à base de ARNm contre le virus SARS-CoV-2 seraient susceptibles de déclencher des maladies auto-immunes.

Le microbiologiste relève notamment la distinction, cruciale, entre deux catégories majeures d’anticorps, produits par le corps, afin de se protéger contre des microbes pathogènes.

La première catégorie, les immunoglobulines A, sont produits par des cellules immunisantes, les lymphocytes, situés sous les membranes, tapissant les voies respiratoires et intestinales. Les anticorps, produits par ces lymphocytes, sont sécrétés par et à la surface de ces membranes où ils préviennent contre l’infection des cellules par des virus, propagés par la voie aérienne.

La deuxième catégorie d’anticorps, circulant dans le système sanguin, sont les immunoglobulines G, qui protègent les organes internes du corps contre des agents pathogènes, tentant de s’introduire dans les cellules par voie sanguine.

Un vaccin, injecté dans le muscle, provoquera la production d’immunoglobulines G, circulant, malgré les assurances des fabricants, également dans le sang, et ne protégera donc pas les membranes muqueuses des voies respiratoires, attaquées par un virus, propagé par voie aérienne. De ce fait, le vaccin ARNm, propagé par voie sanguine, induira les cellules d’organes de produire la protéine spike ce qui induira à son tour le système immunitaire à produire des immunoglobulines G et des lymphocyte cytotoxiques. Ceci peut affecter tous les organes, mais particulièrement le cœur, provoquant des myocardites, une inflammation du muscle cardiaque.

Pour en avoir le cœur net, le pathologiste allemand, à la retraite lui aussi, Dr. Arne Burckhardt, vient d’effectuer une analyse histopathologique des organes de 15 personnes, âgées entre 28 et 95 ans, décédées après une période entre 7 jours et 6 mois postérieure à l’injection d’un des vaccins ARNm contre le virus SARS-Cov-2.

Seuls 4 de ces 15 personnes décédées furent traitées dans une unité de soins intensifs pendant plus de deux jours. La majorité, jamais hospitalisée, est morte, à la maison (5), dans la rue (1), au travail (1), dans la voiture (1), ou dans une institution médicale (1). Par conséquent, aucune intervention thérapeutique ne peut avoir modifié les résultats post-mortem. Aucun de ces décès fut associé, ni par un médecin légiste, ni par un procureur à des complications, dues à l’injection d’un vaccin,

En effet, une analyse post-mortem initiale classique n’avait révélée aucun signe anormal qui aurait pu laisser soupçonner un lien avec un vaccin. L’apparence macroscopique des organes conduit donc au diagnostic de la cause de décès, insuffisance cardiaque dans la majorité des cas.

Ce ne fut qu’après une analyse histopathologique subséquente, effectuée par le pathologiste allemand Dr. Arne Burkhardt, qu’un possible lien avec la vaccination fut établi.

Des anomalies similaires furent constatées dans 14 des 15 personnes décédées. Les organes affectés furent le cœur (14 des 15 cas) le poumon (13 des 15 cas). En outre, des altérations inhabituelles furent observées dans le foie (2 cas), la thyroïde (2 cas), glandes salivaires (2 cas), cerveau (2 cas).

Les aspects dominants, observés dans tous les tissus furent, inflammation dans de petits vaisseaux sanguins (endothélium), causée par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes à l’intérieur de la lumière des vaisseaux sanguin.

Ces analyses histopathologiques démontrent des pathologies, semblables à des réactions auto-immunes dans de multiples organes, réactions susceptibles de s’aggraver davantage après chaque vaccination de rappel.

Les chiffres officiels d’effets secondaires indésirables suite à des vaccinations contre le virus SARS-Cov-2 sont, pour l’Europe : 2'970'644 cas annoncés officiellement et pour les Etats-Unis 4,421,178 cas. Le nombre de décès à déplorer sont, pour l’Union Européenne : 32, 652 cas et pour les Etats-Unis 19'532 cas.

Dr. Sucharit Bhakdi a publié plus de 300 articles scientifiques dans le domaine de l’immunologie, bactériologie, virologie et parasitologie.

En 1886, fut co-fondé, par le médecin allemand Robert Koch, à l’origine de l’Institut Robert Koch, sur les recommandations duquel se base actuellement le gouvernement allemand pour la gestion de la pandémie du virus SARS-Cov-2, le journal « Medical Microbiology and Immunology » dont fut responsable de la rédaction, entre 1990 et 2012, le professeur Dr. Sucharit Bhakdi.


Livestream Recording – Gold Standard Covid Science in Practice: Interdisciplinary Symposium II, December 10, 2021 – Doctors for COVID Ethics (doctors4covidethics.org)

Lien permanent 33 commentaires

Commentaires

  • Je jouerais volontiers le candide, cher monsieur, votre billet est étayé, mais où voulez-vous en venir ?

    Ma perplexité est entière, j'ai la sensation de lire à l'envers un texte écrit à l'endroit sur du givre éclairé à la bougie. Du flou solide ou du souffle liquide.

    Bref, je n'y pige que pouic, mais cela titille mes neurones et j'apprécierais une piste de réflexion en lien avec ce que nous vivons de cette sacrée pandémie actuellement en Helvétie, s'il vous plaît. Merci d'avance pour vos éclairages.

  • Je vous retourne le compliment. Que n'avez-vous pas compris ?

  • Ben en gros, que nous apporte de savoir qu'il peut y avoir de funestes conséquences à se faire vacciner avec les vaccins proposés en Suisse contre ce covid ?

    Cela existe pour toute situation médicale, la science offre des pistes, on les suit selon les circonstances, ou pas. Je ne suis pas encore vacciné, mais ne suis pas opposé à cette offre de pouvoir échapper aux plus mortelles menaces imposées par ce coronavirus.

    Quel est le sens de votre message ? Je le pressens légèrement anxiogène mais n'y perçois ni conseil utile ni réflexion à développer.

    J'ai coutume de trouver vos papiers la plupart du temps très pertinents et propices à développements.

    Ici, je réitère ma perplexité. Pourquoi ce billet ?

    Merci pour votre réponse et, en passant, meilleurs voeux pour vos blogs 2022.

  • Eh oui, on sait que la censure fonctionne à tous les niveaux de la "grande" presse qui protège un système de corruption généralisé.

    Ces rapports d'autopsies de personnes vaccinées et décédées sont accablants. Il est fait état d' "émeutes" (riots) lymphocytaires de réactions auto-immunes et de maladies extrêmement rares. C'est ici:

    https://freewestmedia.com/2021/09/22/lymphocyte-riot-pathologists-investigate-deaths-after-corona-vaccination/

    Pfizer savait dès le début que son vaccin n'était pas sans danger. Lire le rapport des effets indésirables, y compris des décès et des avortements.

    https://phmpt.org/wp-content/uploads/2021/11/5.3.6-postmarketing-experience.pdf

    Pour les bas du plafond, la lecture du tableau 1 devrait suffire.

    On comprend pourquoi Pfizer fait signer des contrats la dégageant de TOUTE responsabilité quant à l'utilisation de son vaccin. Maintenant essayer de faire signer par les autorités un papier où elles s'engagent à vous indemniser de tout effet secondaire indésirable et à prendre en charge tous les frais éventuels.

    "Bref, je n'y pige que pouic, mais cela titille mes neurones et j'apprécierais une piste de réflexion en lien avec ce que nous vivons de cette sacrée pandémie"

    Genève 2020: surmortalité uniquement pour les bébés de moins de 1 an et pour les personnes de plus de 70 ans.
    Surmortalité 2020, 70 ans et +: 854, décès covid: 665. Une partie de la surmortalité n'est pas due directement au covid, mais aux mesures prises (confinements, peur, etc.).
    Genève 2021: jusqu'au 31 octobre: sous mortalité tous âges confondus. Décès covid à ce jour: 127. Soit plus de 5 fois moins qu'en 2020.

    La protéine de pointe est toxique, car elle se lie à une enzyme qui abaisse la tension artérielle. Cette enzyme contient une molécule de zinc.

    Il n'est jamais trop tard pour s'instruire.

  • @ Daniel

    "La protéine de pointe est toxique, car elle se lie à une enzyme qui abaisse la tension artérielle. Cette enzyme contient une molécule de zinc.

    Il n'est jamais trop tard pour s'instruire.".

    La "protéine de pointe" vaccinale est en un état préfusionnel qui modifie sa géométrie. Vous avez donc tout faux. De plus, la concentration est 10'000 fois trop faible pour que l'on puisse en entrevoir l'effet que vous décrivez. Vous êtes un colporteur patenté d'informations fausses.

  • Il y a deux aspects à votre première question. D'une part, un médicament sert à guérir quand vous êtes malade, un vaccin sert à prévenir que vous tombiez malade. Le rapport bénéfice risque n'est pas le même. Si vous êtes gravement malade, vous prenez plus de risque, si vous avez une grippe, moins.

    En ce qui concerne le virus SARS-Cov-2, le risque d'une personne en bonne santé, soit d'en tomber gravement malade, soit d'en mourir, est connu depuis le début de la pandémie. Vous trouverez les chiffres de létalité pour toutes les tranches d'âge, comorbidités, personnes en bonne santé etc. chez les instances de santé publique. Vous constaterez, par exemple que le risque pour les jeunes personnes, sans comorbidités, est quasi nul, et, faible pour toute personne en bonne santé, avec un risque accru avec l'âge par la force des choses, un système immunitaire déclinant.

    Quant aux nouveaux vaccins, il s'agit d'une nouvelle technologie vaccinale qui diffère des technologies traditionnelles dans le sens qu'on n'introduit pas un corps biologique, un virus mort ou atténué pour stimuler le système immunitaire, mais un "message synthétique" dont les réactions du système immunitaire, à moyen et à long terme, on ne connaît pas, car le développement d'un vaccin prend entre 5 et 10 ans, dont la majeure partie est la période d'observation.

    La technologie ARNm en soit est connue depuis une vingtaine d'années déjà, mais l'objectif était, en premier lieu, de traiter des maladies graves, cas dans lequel l'utilisation de cette technologie inexplorée et le risque qu'on encourt pour le patient se justifie, à la limite, vu le rapport bénéfice risque.

    Ensuite, vous trouvez mon texte "anxiogène". Vous savez, la peur n'est jamais bon conseiller, et si vous suivez mes propos, je suis à 220 billets en 6 ans , je crois, il y a un fil rouge qui les traverse.

    Nous vivons dans un système économique et social qui n'est tout simplement pas tenable, et nous le savons tous, au moins depuis une vingtaine d'années. L'enjeu n'est donc nullement sanitaire, mais sociétal, et vous savez quoi ? Les solutions existent. Il suffirait de les appliquer.

  • "...L'enjeu n'est donc nullement sanitaire, mais sociétal, et vous savez quoi ? Les solutions existent. Il suffirait de les appliquer..."

    Eh bien voilà où je voulais en venir. Les constats, les états des lieux et autres rapports circonstanciés existent en très grand nombre. On en trouve partout. C'est à ceux-ci que je lie le qualificatif d'anxiogène. A l'opposé des réflexions destinées à proposer des solutions éventuelles.

    Ce sont les propositions de solutions, même partielles, qui sont à la fois utiles et finalement bien rares. Ce sont elles qui encouragent et mobilisent les volontés. Celles qui dépassent les trop fameuses formules du "y a qu'à...faut qu'on" et laissent de côté les bonnes vieilles idéologies plombées par des décennies d'expériences désastreuses.

    Plutôt que de marteler les descriptions de l'ampleur du désastre, les esprits qui pensent avoir des solutions à offrir se doivent d'insister prioritairement sur celles-ci. Trop de personnes sont rendues apathiques, voire indifférentes face à cette rareté des propositions réalistes de solutions. Il y faut des connaissances et de l'imagination. Deux branches de la pensée qui ont de la peine à se frayer un passage dans la jungle du prêt-à-penser distillé quotidiennement par tant de médias officiels et d'officines qui s'affirment indépendantes, dissidentes et incorruptibles alors qu'elles ne sont bien trop souvent que juste incompétentes et nombrilesques.

    Or donc, y étant arrivés, que sont ces solutions existantes qu'annonce votre riche réponse ?

    Nous penserons à leur application plus tard.

  • "D'une part, un médicament sert à guérir quand vous êtes malade, un vaccin sert à prévenir que vous tombiez malade."


    Tout dépend du sens donné au mot "malade".

    Est-ce le terme que lui donnent les assurances ?

    Celui que lui donne le chef de clinique où vous allez si vous tombez malade, si vous êtes déjà malade d'autre chose pour aller suivre un traitement, ou où l'on vous transporte si vous un accident ?

    Celui que lui donne votre médecin ?

    Celui que quelq'un donne lorsqu'il se sent mal ?


    Ce dont vous parlez c'est d'un vaccin *médical*, pour des bénéfices individuels.

    Le vaccin contre le covid- n'est pas un vaccin médical, attendu qu'il n'empêche pas de tomber "malade", mais un vaccin -politique-.

    Le tout est de déterminer à qui il profite, pour justifier que ce soient les vulnérables au vaccin qui doivent supportent le risque et paient le prix de la mutualisation du risque, tombent malades, et voient leur vie abbrégée par la succession de décharge des risques *politiques* et *financiers* sur la population.

  • @AttarGustave "Que sont ces solutions existantes qu'annonce votre riche réponse ?"

    Eh bien, la première est toute simple. Allez voter. La deuxième, votez dans le sens de l'intérêt commun, par conséquent, le vôtre. Le taux d'abstention dans ce pays frôle les 60% et ceux qui votent, votent pour le statu quo ou pire, or le peuple suisse est probablement le seul au monde qui, grâce à l'outil de l'initiative populaire et le referendum facultatif, aurait le pouvoir de changer le système du fond au comble. Pourquoi ne le fait-il pas ? Je vous laisse méditer sur la question, et la réponse.

  • Oui, voter. Je le faisais depuis mes 18 ans. J'élisais aussi. J'avais attendu le moment de pouvoir le faire dès mon adolescence. Je lisais les journeaux, écoutais la radio et connaissais des amis engagés politiquement. J'appréciais l'idée de participation qui sous-tend la possibilité de voter et d'élire. Mes parents y étaient attachés et donc cela me paraissait aller de soi. C'est en 1991, après avoir participé durant des années à tous les scrutins, après avoir lu toutes les brochures officielles, après avoir été appelé à dépouiller des bulletins, que m'est apparue l'impossibilité de continuer à apporter mon suffrage à des personnes qui après avoir été élues ne réalisaient pas ce qu'elles s'étaient engagées à faire. C'est ainsi que j'ai cessé d'élire, considérant que cela m'épargnait la responsabilité d'avoir porté au pouvoir des personnes qui agissaient ensuite contre mes convictions. Mais j'ai continué de participer aux votations avec la même ferveur qu'auparavant. Jusqu'à ce qu'enfin m'apparaissent les raisons pour lesquelles la quasi majorité des votations auxquelles j'avais participé depuis plus de 40 ans étaient grandement pipées. Trois règles manquent à ce système et l'entraînent vers une indifférence de la population que vous regrettez à juste titre. Ma désaffection datant elle de l'avant-dernière votation.

    Je m'arrête là car c'est avec horreur que je constate à l'instant en consultant mes archives que nous avons déjà eu un échange à propos du même sujet, le trop fameux "...que faire ?...", en décembre 2020.

    Et voici copie de ma réponse d'alors :

    ------------------------------------------------------------------------
    ------------------------------------------------------------------------

    Monsieur Hubacher, je me ferais un plaisir d'abonder dans votre sens en ce qui concerne le fait que les gens peuvent changer leur sort en allant voter.

    Malheureusement, et la dernière votation à propos des multinationales irresponsables nous l'a prouvé, ce système éminemment démocratique dans son principe est pipé par l'absence de publication officielle des moyens financiers mis à disposition des divers protagonistes de l'affaire.

    Ainsi il devient possible d'influencer avec force le sens d'un scrutin, faussant de cette manière l'entier du processus démocratique.

    Lorsque enfin cette dérive du système sera abolie, il sera alors possible d'éventuellement changer quelques pièces défectueuses de notre machine à foncer dans le mur en sifflotant.

    ---------------------------------------------------------------------
    ---------------------------------------------------------------------

    Retour à janvier 2022.

    Je suis effaré de constater que je participe depuis deux ou trois ans à ces blogs et que j'ai ainsi pondu des dizaines de textes totalement inutiles en ce qui concerne la réalité des faits. Juste des réflexions. Des vanités à la relecture.

    Alors pour vous éviter de perdre du temps à tenter avec patience de répondre à mes questions, je vous propose copie d'un autre texte que j'avais écrit pour un autre blog et qui précise les trois points qui me feront revenir vers la participation aux scrutins.

    J'ai la faiblesse de penser que la mise en oeuvre de ces trois points pourraient en amener d'autres que moi à cette tant espérée participation de tout le monde à la vie civique du pays.

    ------------------------------------------------------------------------------
    ------------------------------------------------------------------------------

    Trois modifications du train-train politique helvétique sont les seules qui me redonneront envie de participer à nouveau pleinement à cette structure de base d'une vie libre et démocratique.

    Primo :

    Mise sur la place publique, à disposition de toutes et tous, de l'intégralité des financements des partis et des scrutins.

    Sans la moindre tentative de perpétuer ce grotesque jeu de cache-cache, indigne d'une nation qui se veut civilisée, par des amendements dilatoires.

    Secundo :

    Obligation permanente de participer aux élections et votations. A l'échelle des communes, des cantons et de la Confédération.

    Il est absurde d'obliger toute la population à payer des impôts sans lui permettre de comprendre que l'utilisation de ces impôts dépend de ses choix aux votations et aux élections.

    Tertio :

    Si lors d'une élection ou d'une votation, plus de 50% des bulletins sont blancs ou nuls, alors on remet la compresse en cherchant à comprendre le pourquoi de cette désaffection momentanée.

    Jusqu'à obtenir des participations dignes d'une institution démocratique par des efforts renouvellés d'explication, d'échange et de présentation à la portée de tout le monde.

    ----------------------------------------------------------------------------------
    ----------------------------------------------------------------------------------

  • Bonjour

    Ne faudrait-il pas se souvenir de temps à autre que la vie est un long fleuve tranquille et que dans les faits, il ne se passe rien ? Mais alors strictement rien ?

    Et de rien, certains ont su en faire un tout...Une pandémie quoi...

    https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps

    https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/000436394#Graphique

  • @Absolom

    " Ne faudrait-il pas se souvenir de temps à autre que la vie est un long fleuve tranquille et que dans les faits, il ne se passe rien ? Mais alors strictement rien ?"

    ladite pandémie a été une fraude monumentale depuis le début.
    D'après vos liens, on s'aperçoit qu'il n'y a pas eu de surmortalité en conclusion des graphiques qui montrent que de tous les décès confondus, les années 2020 et 2021 n'ont pas été les pires pour aucun pays.
    maintenant il sera intéressant de voir s'il y aura surmortalité à partir du moment où on a commencé la vaccination universelle.
    Ce qu'on peut dire, c'est que les autorités se sont emparées d'une expérience de la vaccination de toute la population dans un esprit de fraude* comme la déclaration de la pandémie elle-même.
    Je m'explique. Lorsqu'on engage tout un peuple à s'offrir comme un laboratoire de cobayes, la moindre des choses c'est de dire merci à ceux qui on refusé de recevoir l'injection, parce qu'avec un groupe témoin aussi conséquents que le reste des cobayes injectés, on aura la possibilité de faire des comparaisons. La deuxième faute impardonnable de la part des autorités politiques et des conseillers dit scientifiques, est l'absence totale de collecte systématique des symptômes et effets du médicament injecté, que ceux-ci soit légers ou graves, résultant de blessures internes handicapantes ou chronique, de décès après un temps court ou long.
    Les dispositifs de ces collectes auraient dû être organisés dès le début de la déclaration de ladite pandémie, et que tous les médecins de villes et des hôpitaux soient tenus de les déclarer. Analyses et compilations des données auraient dû faire l'objet de mise en place d'une institution dédiée à leur traitement.
    Dans cette affaire, nos autorités tant fédérales que cantonales on fait preuve de dilettantisme et nos agences de surveillances des médicaments ont dû troquer les règles de prudences et leur travail de contrôle contre du "spontanéisme imprudent" Je devrais plutôt dire qu'elle ont opté pour l'insouciance. Ou alors, avaient elles reçu l'ordre de passer outre tous leursdevoirs.

    Non seulement on ne tient pas compte de la qualité des instruments de test comme le RT-PCR s'il est adéquat pour diagnostiquer un virus particulier ou une maladie, mais encore on frelate les données en utilisant des biais statistiques et on crie au cataclysme tous les jours de l'année.
    Résultat: les scientifiques ne disposent pas de données ni intègres ni suffisantes pour leur travail de recherche. Que de temps et de matériaux perdus!!!

    Toute cette attitude a fini par jeter du discrédit sur tous ceux qui ont été censés gérer UNE crise quelle qu'elle soit. Et d'avoir monopolisé les médias publics pendant deux ans.

    A présent, que vont faire les autorités?
    Elles vont continuer de nous enfermer et de nous faire différents chantages, ou vont elles mettre fin à cette tragique comédie?
    Tagique. Parce que ledit vaccin ne semble pas être un placebo et qu'il provoque bien des ennuis de santé à passablement de vaccinés. Que contiennent ces fioles qu'on nous montre tous les jours? Peut-on savoir sa composition? Pourquoi il n'existe pas de notice d'accompagnement à destination des médecins et des receveurs, avec la liste des contre-indications? Comme pour d'autres médicaments?
    Pourquoi a-t-on inventé des vaccinodromes comme dans les pays du tiers monde qui distribuent l'injection à l'aveugle comme on distribue la manne charitable aux miséreux? Ignorant ainsi l'état de santé, les antécédents ou les éventuels traitements de chaque individu.

    https://www.globalresearch.ca/bombshell-cdc-no-longer-recognizes-the-pcr-test-as-a-valid-method-for-detecting-confirmed-covid-19-cases/5765179

    Fraude*, parce que nos autorités sanitaires savaient que le PCR n'était pas l'outil adéquat. Selon cet article, le PCR ne sera plus reconnu comme outil de test valide, que va faire notre taskforce fédérale et le CF?
    Un mea culpa impossible à prononcer qui risque de leur brûler les lèvres? Un mea culpa pour les conséquences désastreuses sur les individus et l'économie. Du point de vue de ceux qui ont tout perdu et des familles qui ont perdu un des leurs pendant cette période noire, c'était criminel. C'était des morts gratuites.

    Franchement, ce Conseil Fédéral devrait démissionner en bloc. Il a démontré son mépris profond pour le peuple suisse. Il ne peut invoquer son ignorance, il domine le pays, il a toutes les institutions nécessaires pour faire du bon travail, il les a ignorées. Il s'est substitué aux médecins et à la totalité de la communauté scientifique. Il a signé des contrats au désavantage des finances publiques, il a accordé l'immunité totale aux fabricants des vaccins contre toute responsabilité juridique et médicale.
    Il n'a donc aucune excuse.

  • Quel joie qu'est la mienne que de constater que Marlène Dupraz est vivante, vivace même comme nous le démontre le tissu d'absurdité qu'elle nous débite au mètre. Je me demande si sa compère de blog est, elle, encore vivante bien protégée pas sa vitamine D ?

  • J'ajoute qu'on va enfin comprendre à l'utilité des vaccins...

    A entrer en priorité aux urgences/réanimations:

    https://www.20min.ch/fr/story/le-conseil-federal-prefere-attendre-cest-une-strategie-dangereuse-569958492085

    Ca, c'est de l'efficacité :-)

  • Les malades autopsiés par vos médecins allemands présentent des signes de choc inflammatoire, si j'ai bien compris.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Choc_cytokinique
    Dû au Covid ou au vaccin ? Le vaccin ne protège que 90% des cas...

  • "Dû au Covid ou au vaccin ?"

    Vaccin, uniquement dû au vaccin. Si j'ai bien compris vous avez eu la flemme d'ouvrir le lien que j'ai fourni. Bravo.

    "Le vaccin ne protège que 90% des cas..."

    et

    "Face aux milliers de médecins qui nous répètent que 80 à 90 % des gens en réanimation pour Covid sont NON-VACCINES..."

    Et vous croyez leur propagande? Vous me décevez.

    La faillite des vaccinations à mARN est illustrée par la France: plus de 200.000 nouveaux porteurs du virus par jour. Record absolu. Eh oui, ne cibler qu'une seule protéine du virus est une connerie complète alors que ce virus possède une trentaine de protéines dont une protéine d'enveloppe très antigénique. Une connerie complète, sauf pour enrichir les labos.

    Les personnes guéries ont encore des anticorps en suffisance 18 mois après la guérison. Pour ces produits, c'est à peine 6 mois, et c'est même 3 mois en France pour la première dose de rappel. Ces produits frelatés ont ainsi une obsolescence programmée. Par ici la monnaie!

    Et vous n'êtes pas à une contradiction près! Vous souhaitez que la population mondiale baisse. Quoi de mieux qu'une épidémie, si bégnigne soit-elle?

    Omicron va servir de vaccin, au moins lui. Et gratuit.

  • Ce billet est une exemplaire illustration de l'inutilité des blogs.

    En effet, n'importe qui peut y dire n'importe quoi sur à peu près tout. Pseudo science, ou plutôt science tronquée, avis péremptoires et opinions plutôt que faits avérés. C'est bien le problème du temps d'aujourd'hui; car en cherchant un peu sur Google, on finit toujours par trouver une source qui invalide l'avis général ou l'avis contraire à nos croyances. Vous êtes en plein là-dedans.

    En bref, la vacuité parfaite.

  • Ce n'est pas le problème des blogs, c'est la méconnaissance de ce qui se passe en science, toutes les sciences. Il ne suffit pas qu'un géologue émette une hypothèse qu'il étaye plus ou moins bien, il faut qu'il publie ce qu'il pense avoir trouvé et que ses pairs en discutent. Et des fois, cela ne passe pas. Des fois à raison, des fois à tort. Wegener s'est fait rabrouer par SIR Kelvin, du fait qu'aucune force n'était capable de mettre en mouvement ses plaques tectoniques. La radio-activité était pourtant déjà découverte et on savait qu'elle était exothermique.
    N'empêche, ce ne sont pas les théories de deux (deux !) médecins allemands qui vont me faire douter du bienfait des vaccins à ARN messager...
    Face aux milliers de médecins qui nous répètent que 80 à 90 % des gens en réanimation pour Covid sont NON-VACCINES...

  • L'impact positif de la vaccination est évident. Il suffit de comparer l'impact de la 5ème vague (delta) à celui de la 2ème vague. Evidemment les complotistes vous sortiront plein d'arguments stupides et frelatés qu'ils recopient, ou singent, des réseaux sociaux. La parole est à Mme Dupraz et à Daniel.

  • Merci d'avoir commenté mes liens Madame Dupraz, vous êtes bien la première...

    Il faut y ajouter ceci:

    27 millions de personnes supplémentaires de 1946 à 2020 en France. Ce qui fait que la courbe graphique de tous les décès confondus Insee est en réalité descendante en pourcentage...

    Allez expliquer ça aux files d'attente des centres covid...

    Pour répondre à Monsieur Hubacher, un peu pour ça que je ne vote jamais:

    https://sun9-17.userapi.com/impg/4qXI3PJFD6-gWKZA3MzF3lEqbCFUq8VdZTJZKQ/CZuiy-KMQnU.jpg?size=526x510&quality=96&sign=760bbf458835a7fe4efc9803f766ceee&type=album

  • @absolom "un peu pour ça que je ne vote jamais" (?) Eh bien, vous avez tort.

    Car, vous auriez pu contribuer à empêcher qu'on allège encore les bénéfices des entreprises au détriment du travail, que nos entreprises continuent à enfreindre, dans des pays lointains, les lois, en vigueur dans ce pays, que les produits agricoles importés fassent de la concurrence déloyale à notre paysannerie, que les banques privées continuent à jouir du monopole de la création monétaire, que nos autorités fassent la chasse au petits fraudeurs de l'aide sociale au lieu de s'en prendre à la vraie fraude économique. Vous auriez pu contribuer à l'établissement d'une caisse maladie publique, à la création d'un service public auquel il serait interdit de faire un bénéfice......

  • "Ce billet est une exemplaire illustration de l'inutilité des blogs."
    Ce commentaire peut se comprendre, mais il souffre d'une faute logique: celui qui l'a écrit a lit les blogs, donc ...
    Il est vrai aussi que, et cela a été écrit plus d'une fois, le terme "inutilité" ne prend en compte qu'un des aspects qui motiverait les auteurs et les commentateurs: le savoir.
    C'est évidemment une illusion et bien des échanges en rendent compte, notamment tous ceux qui contiennent des piques de toute sorte, allant du simple mépris au concours du plus savant.
    Si c'était le savoir qui motivait tous les échanges il n'y aurait rien de tout cela, car il est évident que toute attaque, ou signe de mépris, décourage celui qui en est l'objet de faire l'effort d'empathie nécessaire pour éventuellement changer d'avis.
    Il reste donc l'idée que l'expression de ses sentiments, approbation, sympathie, mépris, haine, sentiment de supériorité, etc. seraient inutiles, ou alors n'auraient pas la place dans les blogs, ce avec quoi je serait plutôt d'accord, mais ce qui leur ferait aussi perdre une partie de leur intérêt humain.

  • Je savais que j'allais me faire taper...

  • @absolom C'est de bonne guerre. Je suis à peu près sûr que cela ne vous empêchera pas de passer un excellent dimanche.

  • Bien sûr Monsieur, et en partie grâce à vous (et vos billets)...

    De nature paranoïaque, j'ai toujours aimé croire ce que je j'ai pu voir. Un peu comme ça:

    https://www.appenzell.ch/fr/culture-tradition/traditions/landsgemeinde-communaute-rurale.html

    Pas que je doute des dépouillements, mais comme l'a dit plus haut Attar Gustave :

    "Ainsi il devient possible d'influencer avec force le sens d'un scrutin, faussant de cette manière l'entier du processus démocratique."

    Ce tableau doit encore plus ou moins tenir debout j'imagine...Des noms auront changés, mais les structures...

    https://swprs.org/wp-content/uploads/2020/08/medien-netzwerk-schweiz-hd.png

  • "Ce qu'on peut dire, c'est que les autorités se sont emparées d'une expérience de la vaccination de toute la population dans un esprit de fraude* comme la déclaration de la pandémie elle-même." (Marlene Dupraz)


    Le choix entre la liberté dans la prison du Système de santé cantonalo-suisse (ou helvético-cantonal) dans lequel vous vous balladez à un moment donné, ou la liberté dans le Droit suisse.

    Ou comment le conseil fédéral a transformé la Suisse en immense hôpital dans lequel le droit suisse a été remplacé par des règlements d'hôpital.

    Ou la transformation de la suisse en UE avec un espace schengen entre les cantons.

    Ca me fait penser au Montreux Jazz festival à l'entrée duquel on vous invite à convertir vos francs suisses en jazzs pour payer vos consommations à l'intérieur et mieux vous soumettre aux dispositions du règlement intérieur.

  • "maintenant il sera intéressant de voir s'il y aura surmortalité à partir du moment où on a commencé la vaccination universelle." (Marlene Dupraz)


    L'impact de la vaccination universelle sur l'immunité naturelle individuelle de chacun, et l'impact de cet impact sur la résistance universelle aux autres virus,
    ... par exemple ceux de la famille Grippe.

  • Au fait, si vous avez aimé la guerre du covid, ne manquez pas la guerre de la grippe.

    https://www.euro.who.int/en/health-topics/communicable-diseases/influenza/news/news/2021/12/this-winters-flu-season-epidemic-has-started-what-we-know-so-far-and-what-needs-to-be-done-to-control-it

    https://www.swissre.com/institute/research/topics-and-risk-dialogues/health-and-longevity/twindemic-potential-in-2022.html

    https://www.timesofisrael.com/close-to-2000-hospitalized-with-flu-in-israel-says-health-ministry/

    https://www.timesofisrael.com/flurona-israel-records-its-first-case-of-patient-with-covid-and-flu-at-same-time/

  • "Un vaccin, injecté dans le muscle, provoquera la production d’immunoglobulines G, circulant, malgré les assurances des fabricants, également dans le sang, et ne protégera donc pas les membranes muqueuses des voies respiratoires, attaquées par un virus, propagé par voie aérienne."

    Les fabriquants n'ont jamais prétendu que les IgG ne circulent pas dans le sang. Il est évident que les IgG circulent dans le sang. En leur imputant pareille allégation vous démontrez : 1) Que vous ne savez pas de quoi vous parlez 2) Que vous êtes un relais diffusant de fausses informations.

  • "Les fabriquants n'ont jamais prétendu que les IgG ne circulent pas dans le sang" (?)

    Je n'ai pas non plus prétendu que le fabricants prétendent que les immunoglobulines G ne circulent pas dans le sang, car ils circulent bien dans le sang contrairement aux immunoglobulines A. Donc, encore une fois. Ce que les fabricants prétendent est que le vaccin ne se répand pas dans le corps entier par le système sanguin.

    Un vaccin, injecté dans le muscle, provoquera (aussi) la production d’immunoglobulines G, circulant, malgré les assurances des fabricants, également dans le sang, et ne protégera donc pas les membranes muqueuses des voies respiratoires, attaquées par un virus, propagé par voie aérienne. De ce fait, le vaccin ARNm, propagé par voie sanguine, induira les cellules d’organes de produire la protéine spike ce qui induira à son tour le système immunitaire à produire des immunoglobulines G et des lymphocyte cytotoxiques. Ceci peut affecter tous les organes, mais particulièrement le cœur, provoquant des myocardites, une inflammation du muscle cardiaque.

  • À moins de tomber dans le biais cognitif de l'économie politique marxiste, où l'économie, la société et la politique constituent des structures historiquement interdépendantes, la responsabilité financière de l'industrie pharmaceutique dans l'orientation de la recherche fondamentale en médecine est difficile à mettre en évidence. Par contre, s'il s'agissait de régénérer la théorie marxiste par celle du complot de Big-Pharma, je trouverais ça d'une actualité ébouriffante.

  • Lui, il rejoint le sens de votre billet, mais pourrait comploter, attention...

    https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/jean-marc-sabatier-partie-3

    Elle, avec la tête qu'elle a, elle complote c'est sûr...

    https://www.youtube.com/watch?v=7sDWIsaa7jg

    Quand à lui, il en sait trop, suspect aussi...

    https://www.youtube.com/watch?v=tYwCxe9gvQY

  • Avant de vous quitter Monsieur Hubacher, je tiens à vous donner une seconde raison à mes abstentions de vote.

    Cette raison est évoquée entre 1h02mn19sec et 1h04mn14sec de cette conférence, par le Dr. Mac Cullough.

    J'avais raconté il y a quelque temps à Mme Richard-Favre sur feu son blog "Voix" que nous en étions à l'heure du thé et que nous n'allions pas tarder à prendre l'apéritif. Ce dernier a débuté fin 2019, disons début 2020 pour les suisses et l'Europe...

    Je pense que nous passerons au choses sérieuses, à savoir le Repas aux environs de 2030.

    Le dessert lui devrait se consommer vers 2040. Quand à la Cerise sur le gâteau...

    Voici pour mon opinion.

    Merci de m'avoir permis de commenter

    https://cdn.lbryplayer.xyz/content/claims/Le-Dr-Peter-McCullough-sur-la-vaccination%2C-le-traitement-pr%C3%A9coce-et-le-rejet-du-nihilisme-th%C3%A9rapeutique-%28AAPS%2C-octobre-2021%29-wm.mp4/947a716980b0fb70700357cf8150bac4f5144cf1/stream

Les commentaires sont fermés.