Covidiots bis

Imprimer

« Ce sont les politiciens mégalomaniaques qui signent de tels contrats les véritables « covidiots ». Ce n’est rien d’autre qu’un abus de pouvoir manifeste. » Ce ne sont pas les paroles d’un complotiste illuminé, mais celles de l’ancien Ministre fédéral des Finances, Oskar Lafontaine, également Président du Parti social-démocrate allemand entre 1995 et 1999 et Ministre président du Land Sarre entre 1985 et 1998. (1)

Ce n’est bien-sûr pas en lisant la « Frankfurter Allgemeine Zeitung » qu’il a découvert le pot-aux-roses, mais dans un média alternatif (2).

« L’acheteur (le gouvernement allemand) reconnaît que ni l’efficacité, ni l’effet à long terme du vaccin (Pfizer/BioNTech) sont actuellement connus, ni d’éventuels effets secondaires ultérieurs. Par conséquent, l’acheteur (le gouvernement allemand) consent à renoncer à toute action en justice relative à d’éventuels dommages-intérêts envers les sociétés Pfizer, BioNTech et leurs affiliées. »

D’une part on comprend l’effarement de l’ancien ministre, d’autre part on peut également concevoir que les compagnies pharmaceutiques refusent, légitimement, d’être tenus responsables des conséquences de la « simplification » des procédures d’autorisation de mise sur le marché d’un nouveau vaccin expérimental qui leur est pour ainsi dire imposée.

Toujours est-il, la belle aventure humaine, certains l’appelleraient partenariat public-privé, entre les pouvoirs publics et la « start-up » de Mainz, BioNTech, a pu se réaliser dans de bonnes conditions, avant tout grâce aux largesses du premier, 375 millions euros, pour être précis, (3) car développer un nouveau vaccin coûte cher. Cette somme n’a pas encore été entièrement dépensée comme le suggère le dernier rapport annuel de la société. 88 millions euros sont prévus pour des investissements ultérieurs. (Nachdenkseiten)

Ceci pour les dépenses de recherche. En ce qui concerne les frais de production, l’entreprise allemande obtint, en 2020, une ligne de crédit de la Banque européenne d’investissement, garantie par la Communauté européenne, à un prix d’ami de 1 % p.a., destinée à l’élargissement des capacités de production. Pour comparaison, BioNTech (4) a émis, sur les marchés financiers, une obligation, convertible en actions, munie d’un taux d’intérêt de 9 % p.a. (Nachdenkseiten)

Etant donné que l’entreprise déclare un bénéfice de 2,8 milliards euros pour le trimestre écoulé, comparé à un chiffre d’affaires, pour la même période, de 5,3 milliards euros, on peut partir du principe qu’elle ne vend pas ses doses de vaccin au prix coûtant.

La bourde de la Secrétaire d’état belge du budget, Eva DeBleeker, au mois de décembre 2020, avait révélée au citoyen européen ébahi qu’il y a d’étonnants écarts de prix entre les différents prestataires. Ainsi il apparaît que le groupe suédo-britannique « AstraZeneca » se contente de 1,8 euros par dose, tandis que la société américaine « Moderna » est déjà plus gourmande avec18 USD. BioNTech de son côté a fixé le prix de ses doses à 16,5 euros.

Pour comparaison, le constructeur automobile « Volkswagen » se contente d’une rentabilité d’à peine 4 % (8,8 milliards euros) du chiffre d’affaires (223 milliards euros). Ainsi, la capitalisation boursière du pygmée de Mainz avec ses 2'000 employés de 109 milliards USD fait pâlir celles des fleurons de l’industrie allemande, tels que le géant de la chimie « Bayer » avec 46 milliards USD, « BASF » avec 62 milliards USD, ou encore « Daimler » avec 76 milliards USD, qui emploie tout de même près de 300'000 salariés à travers le monde. (Nachdenkseiten)

La manne publique fait également le bonheur du chercheur entrepreneur turque Ugur Sahin, fondateur de la « biotech » en 2008, qui dorénavant fait partie du cercle illustre de la vieille aristocratie financière allemande, avec une fortune personnelle de 18,5 milliards euros, agrémentée d’un salaire annuel de 16,5 millions euros, juste derrière les frères Albrecht, fondateurs du hard-discounter « Aldi », Klaus-Michael Kühne du transporteur « Kühne & Nagel », Dieter Schwarz, fondateur de l’autre hard-discounter « Lidl », ainsi que la famille Quant, héritiers du constructeur automobile bavarois « Bayerische Motorenwerke » BMW.

47,7% de l’entreprise BioNTech appartiennent toutefois aux frères allemands Andreas et Thomas Strüngmann (fortune 25,5 milliards USD selon « Forbes ») qui avaient vendu en 2005 leur entreprise de médicaments génériques « Hexal AG » au géant de la pharma suisse « Novartis ».

La prospérité des actionnaires est assurée au-delà de l’année 2021, si l’on croit les prévisions du PDG de la société pharmaceutique « Pfizer », Albert Bourla, le partenaire américain de la start-up allemande, dixit :

« Des vaccinations continues, au-delà de l’année 2021, sont indispensables, car la Covid-19 se répand rapidement encore et toujours, en Europe et dans le monde. (…) Plus d’une année après le déclenchement de l’épidémie nous apprenons davantage au fur et à mesure de sa progression et nous nous affairons à savoir si, à l’instar d’une grippe saisonnière ordinaire, une vaccination annuelle pourrait garantir une protection durable. Nous sommes fières de servir de partenaires à long terme à l’Union européenne dans la lutte contre cette pandémie dévastatrice et nous tiendront notre engagement de produire encore des milliards de doses de vaccin chaque année. »

(1) Oskar Lafontaine démissionna avec fracas du gouvernement du Chancelier social-démocrate Gerhard Schröder en 1999 critiquant sa politique économique et fiscale antisociale, issue d’un papier, signé avec le leader travailliste anglais Tony Blair en 1999 en vue d’une « modernisation de l’industrie allemande »

(2) Die Impfmilliardäre (nachdenkseiten.de)
(3) Möglicher Impfstoff von Biontech (bundesregierung.de)
(4) La spécialité de BioNTech est le développement de remèdes, basés sur l’utilisation de l’acide ribonucléique messager ARNm en tant qu’immunothérapie contre le cancer, en tant que vaccin contre les maladies infectieuses, de thérapie de remplacement des protéines pour des maladies rares, ainsi que pour la thérapie cellulaire. (Wikipedia)

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • M. Alain Berset nous dit depuis mi-décembre 2020 que le vaccin contre le Covid est sûr et efficace. Ce qu'il a encore répété le 11 août 2021 ! Alors maintenant, puisque toutes les personnes à risques ont eu le temps de se faire vacciner, il faut supprimer les mesures sanitaires en Suisse pour toute la population. D'où cette pétition:
    https://secure.avaaz.org/community_petitions/fr/conseil_federal_et_parlementaires_covid_que_les_mesures_sanitaires_soient_supprimees_en_suisse_pour_toute_la_population/?tjUMDab

  • Malheureusement, les pétitions ne servent à rien.
    C'est une ou plusieurs referendums qu'il faut lancer dont un le retour à la version d'avant de la LEp qui est devenu un outil pour petits dictateurs en herbe.

  • Vous écrivez : "...L’acheteur (le gouvernement allemand) reconnaît que ni l’efficacité, ni l’effet à long terme du vaccin (Pfizer/BioNTech) sont actuellement connus...

    Or, comme l’explique le professeur de biostatistique Jeffrey Morris. En fait, les données israéliennes montrent exactement le contraire, à savoir que les vaccins fonctionnent très bien. Ici parce que.

    Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

    Au moment de la rédaction, sur la base de la carte de vaccination Our World in Data, 4,88 milliards de doses de vaccin Covid ont été administrées dans le monde, avec 24,1% de la population mondiale entièrement immunisée. Parmi les pays qui ont mené une campagne de vaccination particulièrement rapide et vertueuse se trouve Israël, avec 12,6 millions de doses administrées et 60 pour cent de la population totale (9 millions d’habitants) qui ont terminé le cycle de vaccination. En Italie, nous sommes proportionnellement au même niveau, étant donné qu’avec 74,8 millions de doses administrées sur une population de 60 millions, nous avons 57,9% de personnes totalement protégées. Les données de vaccination pour les pays les plus riches, qui ont récupéré une grande partie des médicaments, sont généralement rassurantes, mais certaines statistiques en provenance d’Israël ont catalysé un récit profondément erroné sur l’efficacité des vaccins. Comme en témoignent les données du gouvernement israélien, qui peuvent être consultées par n’importe qui en cliquant sur le lien suivant, il apparaît qu’environ 60% des hospitalisés pour Covid au 15 août 2021 avaient reçu la double dose de Comirnaty, le vaccin Pfizer-BioNTech . Ce pourcentage élevé a été pris par les non-vaccins et annoncé sur les réseaux sociaux pour prouver que les vaccins ne protègent pas. Est-ce vraiment le cas ? Absolument pas. Il suffit de penser un peu aux statistiques pour comprendre que les vaccins anti-Covid sont extrêmement efficaces, même contre la fameuse variante Delta qui est à l’origine de la quatrième vague d’infections.
    voir article complet s/https://www.netcost-security.fr/science/39513/parce-que-les-vaccines-infectes-en-israel-sont-la-preuve-que-les-vaccins-fonctionnent/

    BON WEEKEND

  • Tout d'abord je tiens à rappeler que je n'ai jamais censuré personne.

    Ensuite, vous me semblez un peu trop zélé, mais c'est peut-être votre nature, car, si vous avez bien lu je cite un extrait du contrat entre BioNTech et le gouvernement allemand, à vous d'en tirer les conclusions.

  • Vous écrivez : "...L’acheteur (le gouvernement allemand) reconnaît que ni l’efficacité, ni l’effet à long terme du vaccin (Pfizer/BioNTech) sont actuellement connus...
    Or, comme l’explique le professeur de biostatistique Jeffrey Morris. En fait, les données israéliennes montrent exactement le contraire, à savoir que les vaccins fonctionnent très bien. Ici parce que.
    Au moment de la rédaction, sur la base de la carte de vaccination Our World in Data, 4,88 milliards de doses de vaccin Covid ont été administrées dans le monde, avec 24,1% de la population mondiale entièrement immunisée. Parmi les pays qui ont mené une campagne de vaccination particulièrement rapide et vertueuse se trouve Israël, avec 12,6 millions de doses administrées et 60 pour cent de la population totale (9 millions d’habitants) qui ont terminé le cycle de vaccination. En Italie, nous sommes proportionnellement au même niveau, étant donné qu’avec 74,8 millions de doses administrées sur une population de 60 millions, nous avons 57,9% de personnes totalement protégées. Les données de vaccination pour les pays les plus riches, qui ont récupéré une grande partie des médicaments, sont généralement rassurantes, mais certaines statistiques en provenance d’Israël ont catalysé un récit profondément erroné sur l’efficacité des vaccins. Comme en témoignent les données du gouvernement israélien, qui peuvent être consultées par n’importe qui en cliquant sur le lien suivant, il apparaît qu’environ 60% des hospitalisés pour Covid au 15 août 2021 avaient reçu la double dose de Comirnaty, le vaccin Pfizer-BioNTech . Ce pourcentage élevé a été pris par les non-vaccins et annoncé sur les réseaux sociaux pour prouver que les vaccins ne protègent pas. Est-ce vraiment le cas ? Absolument pas. Il suffit de penser un peu aux statistiques pour comprendre que les vaccins anti-Covid sont extrêmement efficaces, même contre la fameuse variante Delta qui est à l’origine de la quatrième vague d’infections.
    voir article complet s/https://www.netcost-security.fr/science/39513/parce-que-les-vaccines-infectes-en-israel-sont-la-preuve-que-les-vaccins-fonctionnent/

    BON WEEKEND

  • A quoi sert ou est censée servir la vaccination ?

    - Ne pas être malade, mais c'est votre choix. Je vous préfère vive, mais libre à vous de faire le choix, choix qui n'est pas simple pour qui réfléchit.

    - Ne pas transmettre la maladie à autrui. Le vaccin peut aider. Des mesures barrières rigoureuses donnent de meilleurs résultats que les vaccins pour ceux qui veulent et sont à même de les appliquer.

    - Ne pas encombrer les hôpitaux. Il est indispensable d'appliquer les mesures existantes et de les renforcer par d'autres mesures, telle que le semi-confinement, soit l'exclusion des situations de haut risque de contamination, des personnes le plus à risque d'encombrer les hôpitaux.

  • @ Hubacher
    vous dites: "peut également concevoir que les compagnies pharmaceutiques refusent, légitimement, d’être tenus responsables des conséquences de la « simplification » des procédures d’autorisation de mise sur le marché d’un nouveau vaccin expérimental qui leur est pour ainsi dire imposée."
    Si j'ai bien compris, ce serait le gouvernement allemand qui aurait demandé la création d'un vaccin dont il simplifie les procédures de mise en utilisation dit d'urgence à très large échelle (pas sur le marché. Pour ne pas choquer l'ensemble de la communauté scientifique)?
    Cette question n'est pas claire pour le simple péquin.
    Il semble qu'aux USA, le gouvernement fédéral serait même propriétaire de certains brevets, car le système PPP y est très développé, si bien qu'on peut penser que le gouvernement est quasiment privatisé.

    Autre question:
    Toutes les chancelleries des 193 pays membre de l'OMS, même si elles ne déclarent pas explicitement qu'elles sont en train de se laisser privatiser, semblent suivre cette démarche qui fera d'elles des entreprises privées. Un pays=une entreprise privée. D'où on peut aisément concevoir et comprendre que ces nations seront dirigées comme de grosses entreprises avec des "managers" non élus mais cooptés au sein d'une structure mondiale et mondialiste dont l'OMS serait, pour l'instant, chargée du pilotage de sa construction. Et ladite pandémie du Covid-19 en serait, à la fois, une opportunité et un prétexte pour faire cette délicate migration, ce délicat transfer des pouvoirs politique, social et économique vers une minuscule élite. Dépossession des peuples en somme. Est-ce là une nouvelle forme de colonisation des pays développés?

  • En ce qui concerne la première partie de votre question, tout en n'ayant ni une formation médicale ni juridique, j'ai quand-même crû comprendre que sous prétexte d'une urgence sanitaire "sans précédent" les pouvoirs publiques, un peu partout dans le monde, car ces contrats se ressemblent tous, ont sciemment abrégé les procédures d'autorisation de mise sur le marché de nouveaux vaccins, dont certains utilisent une technologie génétique, jamais testée sur l'homme, notamment la dernière phase qui est celle de l'observation à long terme, en inventant une "autorisation provisoire" un terme qui, dans ce contexte, ne veut strictement rien dire.

    D'un point de vue strictement juridique, je pourrais m'imaginer donc que les compagnies pharmaceutiques n'ont tout simplement pas envie, et on peut les comprendre, bien que cela leur soit profitable, d'assumer les conséquences de la suppression de cette dernière phase qui est celle de l'observation et qui normalement se déroule sur une période prolongée, et qui est actuellement remplacée par de l'expérience en temps réel, voir Israël..

    En ce qui concerne la deuxième partie de votre question. Allez voter ! En Suisse le taux d'abstention frôle les 60 %.

  • Les communicants du gouvernement français intensifient les annonces officielles mensongères. Ca en est à un point que la population serait choquée si ces -consultants-psychanalystes-liguistes, payés par laboratoires et mckinsey lâchaient une seule information vraie, ils mentent systématiquement.

    Les dernières moutures de ces propagandistes à la goebbels se résumes à ces nouveaux mensonges ;

    1). Le "vaccin" empêcherait les formes graves de covid.

    2). 85% des cas graves hospitalisés, sont des non-"vaccinés"

    3). Les effets du "vaccin" disparaissent après quelques mois.


    En réponse, c'est le ministre véreux qui, il y a 3 jours, a déclaré au travers d'une autre question embarrassante qu'il n'y avait pas de statistique en France en ce qui concerne les cas "vaccinés" et les non-"vaccinés". Il a été 100% affirmatif sur ce point !

    En Israel, 85 à 90% des personnes hospitalisées sont "vaccinées" et la ministre de la santé israélienne l'a confirmé en se basant sur des statistiques, car en Israel ces statistiques se font en temps réel et sont disponibles publiquement. (en hébreu)

    Donc en Israel où ces données sont publiques et disponibles, c'est quasi 90% de patient hospitalisés doublement "vaccinés" et en France, sans chiffre, sans données officielles et sans statistiques accessibles sur le net, les consultants affirment sur toutes les antennes que 85 à 90% des personnes hospitalisées en France, sont des personnes non-"vaccinées" !

    Ceci répond aux 2 premiers points évoqués plus haut.

    Le troisième point, les effets des "vaccins" disparaîtraient après quelques mois.

    Une petite leçon :

    Premièrement, ce point ne fait que confirmer que les laboratoires n'ont aucune idée sur les effets à court et long terme sur leurs produits OGM injectables.

    Deuxièmement, et c'est très graves, ils ont organisés un marketing diabolique, ce sur point, ils ne peuvent pas ignorer la faillite depuis 40 ans, des vaccins anti-grippaux. Cela fait 40 ans que ces laboratoires répètent le même mantra ; "Oui le nouveau vaccin pour la nouvelle saison ne fonctionne pas, car il est (le vaccin) développé avec une souche de l'année précédente. Cela fait 40 ans que les hystériques pro-vaccinaux resservent la même explication abscond et infantilisante pour continuer leur croisade commerciale mafieuse.

    Depuis que ces vaccins anti-grippaux sont apparus, les chiffres sur le nombre annuel de cas, n'a cesser d'augmenter depuis l'avénement de ce type de vaccination.

    De ce constat, les laboratoires ont conclus, que premièrement les populations se laissent avoir sans même poser de question et le marketing des laboratoires comptent chaque année sur de nouveaux clients pour maintenir leurs ventes, car beaucoup de vaccinés déçus abandonnent ces traitement après avoir été vaccinés et tombés malades, 1 fois, 2 fois etc...

    Donc en créant ces produits OGM, les laboratoires savaient pertinemment, que ce type de virus mutaient rapidement et que le même phénomène allait se produire avec le covid.

    Pour preuve, ils continue avec la même souche au travers d'une 3ème dose, alors qu'ils savent que c'est absurde et 100% inefficace, car ce n'est pas le système immunitaire qui est en cause, ils mentent en disant que l'effet de leur produit diminue avec les mois qui passent.

    Ce ne peut pas être le système immunitaire qui est en cause, ce sont les nouvelles souches qui brouillent les réactions immunitaires, ou si ce n'est pas le cas, c'est que leur produit est inefficace depuis le début du traitement.

    La mémoire immunitaire virale est au minimum de 3 ans, et je me base sur les indications de 3 ans faites pour d'autres vaccins, même si ces indications sont mensongères et très pessimistes pour des raisons commerciales et qu'en réalité la couverture vaccinale virale fonctionne au minimum environ 7 à 10 ans, lors que ces vaccins ne couvrent ad-mortem.

    Dès lors, il faudra m'expliquer pourquoi avec ce produit OGM, qu'il couvrirait une période immunitaire de quelques mois, c'est insensé, indémontrable. Le système immunitaire n'a aucune raison après avoir été activé d'être inopérant après une si courte durée, c'est impensable et ça va à rebours de tous les constats et observations faites à ce jour. Aucune activation vaccinale anti-virale disparaît après quelques mois, c'est impossible.

    Donc, soit ce produit ne marche pas dès son inoculation, il est inopérant à 100%, ou, il ne fonctionne pas avec les nouvelles souches du virus. Il n'y a pas de troisième possibilité !

    A bon entendeur

  • @Divoc
    Vous dites:
    "Ca en est à un point que la population serait choquée si ces -consultants-psychanalystes-liguistes, payés par laboratoires et mckinsey lâchaient une seule information vraie, ils mentent systématiquement."
    Et si vous êtes lecteur du blog de Mme Liliane Held-Khawam, vous apprendrez que Victor Fabius est le conseiller Mc Kinsey de la couverture vaccinale auprès de Macron, et le papa Laurent Fabius est le président du Conseil Conseil Constitutionnel français. Les grosses affaires se font en famille mais aussi en familles politiques... Et le peuple est bien pris au piège des notables.
    Chez nous, c'est qui de chez McKinsey auprès des chambres fédérales?

    https://lilianeheldkhawam.com/2021/08/09/jusquou-va-linfluence-de-la-firme-mckinsey-en-france-dans-la-promotion-du-vaccin-et-de-la-mise-en-place-du-pass/

    Avez vous remarqué qu'il y a rocade dans la TaskForce Covid de la Confédération?
    Nous avions eu Koch. ensuite Ackerman, et maintenant Berger. Les gangsters sont prudents, on n'aura pas le temps de s'en prendre à leur commissaire de service du moment, il est remplacé chaque année. Cela nous promet un congé très prolongé du parlementarisme et des responsabilités sanitaires du magistère.

    Quant à l'efficacité des vaccins en général et de l'anti-covid du notre quatuor pharmas, je ne crois absolument pas à leur efficacité, par contre je crois en leur toxicité.
    Quand on charge les lipides avec des agents métalloïdes hautement toxiques pour transporter le matériel génétique dans un temps précis pour qu'il opère la transcription inverse, le corps humain a le temps d'être intoxiqué et le sang bien oxydé avant quelque effet bénéfique.
    Tout comme les molécules, les demi-vies se comptent parfois en minutes et en secondes. Un quart d'heure serait déjà un exploit.

    Le Vietnam a eu l'heureuse idée de mettre en place une méthodologie observationnelle concernant ses soignants vaccinés et non vaccinés. Il en est ressorti que les vaccinés sont hautement plus contagieux que les non vaccinés. (dire qu'il n'y avait que quelques cas de contamination non grave au début de 2020). A force de vouloir faire de la prévention avec une couverture vaccinale, même limitée, il a importé l'épidémie et le variant Delta (indien) issu des vaccins.
    https://www.globalresearch.ca/study-fully-vaccinated-healthcare-workers-carry-251-times-viral-load-pose-threat-unvaccinated-patients-co-workers/5753908

  • Monsieur Hubacher,

    Merci pour ce billet.
    Il permet à beaucoup d'entre nous, à vos lecteusr de réfléchir. En tout cas, j'ai essayé de creuser les différentes problématiques que présente la situation qui semble se durcir de jour en jour avec des déclarations anxiogènes mais surtout avec des suggestions officielles à l'endroit des employeurs exhortés de répondre à l'appel de solidarité en demandant à leurs employés de se faire vacciner.
    Avec un tel appel, le plus simplet des travailleurs a compris que notre gouvernement appelle les employeurs (du privé et du public) à la rescousse et qu'il sera par ce biais, menacé de perdre son emploi s'il n'obtempère pas aux injonctions de son employeur qui y cèderait.

    Je suis très désagréablement surprise que cette durée de 18 mois de restrictions des libertés et 8 mois de pression vaccinale n'ait pas ému les juristes du droit du travail, ni les syndicats. Dans cette guerre d'influence, il n'y a eu personne pour accompagner une population en désarroi. Elle est manifestement abandonnée par tous les partenaires du monde du travail et du monde du social.
    Il n'y avait pas eu de conseils pratiques ni même le moindre débat sur l' EVENEMENT COVID organisé par les politiques de gauche ou par les syndicats. Par ailleurs, on s'attendait à ce que les travailleurs sociaux se fassent visibles et qu'ils servent de relais au questionnement de la population.

    Toutefois, ce lien ci-dessous, nous donne quelques pistes d'action en cas de confrontation des travailleurs avec leurs employeurs qui eux aussi se sentent abandonnés et menacés. Exhortations sous forme d'annonces chiffrées qui disent faire état d'une situation qui empire tous les jours depuis 18 mois, malgré les campagnes massives de vaccination tout autant massive, doivent être ressenties comme une menace que les pouvoirs politiques peuvent directement mettre en pratique au nom de la solidarité et de la santé publique. C'est cette hypocrisie qui donne du malaise.

    Je suis très déçue que nos autorités ne tiennent pas compte des réalités concernant la santé individuelle des personnes et des limites de traitements que leur corps est capable de résorber, car nous n'avons, pas tous, un patrimoine génétique identique, ni un état de santé unique. Nos autorités se sont contentés de faire trois distinctions catégorielles: vaccinés; infectés guéris; exemptés médicaux. Ce qui rend le pass dit sanitaire extrêmement pénalisant.

    QUE FAIRE LORSQUE VOTRE EMPLOYEUR EXIGE LE PASSE SANITAIRE?
    https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/08/29/guide-pratique-pour-eviter-la-suspension-sans-salaire-a-partir-de-demain/

Les commentaires sont fermés.