Diversité (21/09/2020)

La préservation du statu quo passe par le contrôle sur la normativité, la normativité de la diversité.

Soucieuse de surmonter son stigmate #OscarsSoWhite, l’Académie des Oscars vient de décréter la diversité. Pour être éligible à la consécration suprême du 7ème art il faudra dorénavant respecter un certain nombre de critères, quatre, pour être précis.

A) Mettre à l’affiche au moins un acteur principal, issu de minorités ethniques et raciales, ainsi qu’au minimum 30% des petits rôles incarnés par des personnes des communautés sous-représentées (femmes, LGBT, personnes handicapées) ou que le film aborde comme thème principal les questions relatives à ces minorités.

B) La présence au sein de l’équipe dirigeante d’un film ou des membres des équipes techniques des personnes, issues de groupes ethniques, historiquement défavorisés, femmes, personnes LGBT et handicapés comprises.

C) Proposer des stages payants ou des apprentissages aux personnes, issues de ces minorités.

D) Avoir dans son équipe de distribution et de marketing des personnes issues de ces minorités (Huffpost)

L’écrivain américain Gore Vidal (1925-2012), une des figures marquantes de la vie politique et culturelle américaine du 20ème siècle, pionnier de la cause homosexuelle avec son livre « The City and the Pillar », paru en 1948, sortant du cliché de l’homosexuel efféminé, avait toujours refusé d’être considéré comme tel, martelant que « l’homosexualité est un fait constant de la condition humaine, ce n’est ni une maladie, ni un péché, ni un crime, mais une réalité naturelle, raison pour laquelle j’évite le terme de la « normalité » au bénéfice du terme « naturel » », au même titre d’ailleurs, on pourrait ajouter, que d’être une femme ou une personne handicapée.

Quand Simone de Beauvoir dénonce cette normativité en affirmant que « on ne naît pas femme, on le devient » elle est sciemment mal interprétée par les courants féministes contemporains qui ne voient aucun inconvénient à ce que la domination du patriarcat sur la gente féminie soit remplacée par celui du capital, exigeant davantage de féminisme dans les hautes sphères de l’économie et de la politique, au même titre d’ailleurs que les défenseurs des droits des homosexuels et ceux des personnes handicapées, évacuant la possibilité que certains d’entre eux puissent en effet être des personnages exécrables.

Sans vouloir offenser personne, les trois plus importantes entreprises de défense américaines sont dirigées par des femmes. Lockheed Martin, Northrop Grumman, General Dynamics, le Ministre allemand de la santé, Jens Spahn, fossoyeur de la santé publique, est homosexuel et l’ancien Ministre des finances et actuel Président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, accusé de corruption, est paraplégique.

Le capital, dépourvu d’états d’âme, a cela de particulier, qu’il a la capacité d’utiliser à son avantage les courants politiques et sociétaux changeants, quel que soit leur couleur idéologique, un don qu’on appelle communément de la manipulation.

Tirant les conséquences des actes d’harcèlement sexuel de la part d’un ponte du cinéma et sous la pression du mouvement #MeeToo qui s’ensuivit, l’académie a cru bien faire en s’adaptant à l’air du temps.

Les cercles de ce qu’on appelle aux Etats-Unis les « liberals », les milieux académiques et culturels, électeurs du Parti démocrate, applaudissent des deux mains, faisant du même coup le jeu de la droite réactionnaire, qui les accuse à son tour d’hypocrisie.

16:30 Écrit par Bruno Hubacher | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |