Le capitalisme dans tous ses états

Imprimer

Philippe Hildebrand, ancien président de la Banque Nationale Suisse, Vice-président et membre du comité exécutif du plus important fonds d’investissement spéculatif de la planète, « BlackRock », recommande, dans une interview, accordée à un quotidien suisse, de profiter des fêtes de fin d’année pour lire quelques lignes de Karl Marx.

En effet, les menaces qui planent sur le capitalisme des « Wasps » (White Anglo-Saxon Protestants) sont nombreuses, comme le remarque l’ancien parlementaire britannique et journaliste, George Galloway, dans une intervention au sujet du « maccarthysme » ambiant sur la chaîne d’information russe « Russia Today ».

Certes, il y a la contestation de la rue, qui a fini par remonter à la surface, mais il y a également celle d’autres forces, plus diffuses, celles d’une Russie, de plus en plus confiante sur le plan politique, et celle d’une Chine, devenue la deuxième puissance économique de la planète, des menaces sur de multiples fronts donc, de quoi semer le doute.

Gardienne de la doctrine du libéralisme économique du 18ème et 19ème siècle d’Adam Smith et David Ricardo, l’establishment britannique assiste actuellement les Etats-Unis dans une vaste tentative désespérée de maintien de la primauté du modèle économique anglo-saxon, avec le soutien appréciable des gouvernements européens, au point que, il y a peu de temps, la chaîne d’information russe « Russia Today » s’était vu refuser l’accès aux conférences de presse de l’Elysée, la résidence du président français.

Le prestigieux hebdomadaire britannique « Sunday Times » du milliardaire australien Rupert Murdoch exige, dans un récent article, la clôture immédiate de l’agence de presse russe « Sputnik », basée dans la ville écossaise d’Edimbourg, l’accusant d’être un « larbin » du gouvernement russe, propageant de « fausses informations ». En violation de toute déontologie journalistique, l’hebdomadaire va jusqu’à publier les noms du personnel, des journalistes et des techniciens. D’autres titres de la presse britannique, tels que « The Sun », « The Independent », « The Guardian », « Daily Mail » lui emboîtent le pas.

Ainsi, le responsable du bureau britannique de la chaîne d’information russe « Channel One » (250 millions de téléspectateurs à travers le monde), Timur Siraziev, reçoit les foudres des médias pour avoir tourné un reportage sur la cyberguerre de l’armée britannique pour contrer la « propagande russe », tournant un reportage aux abords d’une base militaire, après avoir demandé et reçu toutes les autorisations nécessaires, tel que la BBC l’avait fait auparavant.

Quelques semaines plus tard, le « Daily Mail » se sentit obligé de publier toutes ses données personnelles avec photo, l’accusant d’être un espion russe. L’histoire avait été reprise telle quelle par « The Sun », « The Guardian », ainsi que « The Telegraph », ce qui avait incité le Secrétaire d’Etat à la Défense, Gavin Williamson, à émettre une déclaration, avertissant les citoyens britanniques « de rester vigilants ».

A l’égard de la Chine, le ministre, se montre également « concerné », à cause de l’implication du géant chinois des télécoms « Huawei » dans le processus d’amélioration du réseau de la téléphonie mobile britannique et son adaptation à la nouvelle génération « 5G », accusant par la même occasion le gouvernement chinois de se livrer à l'espionnage économique.

Dans ce contexte, on garde en mémoire l’arrestation, le 1er décembre dernier, de la citoyenne chinoise, Meng Wanzhou, directrice financière et Vice-présidente de « Huawei », fille de son fondateur Ren Zengfei, à l’aéroport de Vancouver, en transit vers le Méxique, sur instigation du Département de justice américain.

Les médias de la Russie capitaliste ne sont pas les seules cibles de l’empire Murdoch. Jeremy Corbin, le leader du parti travailliste « Labour », est également un bon client depuis des années, accusé fréquemment d’antisémitisme d’une part, et de soumission au gouvernement russe de l’autre.

Non content de son isolation économique et politique imminent, définitivement consommée avec sa sortie chaotique de l’Union Européenne, le gouvernement britannique a le chic de se mettre à dos à peu près tous les partenaires commerciaux qui lui resteront encore. Marx semble l’avoir pressenti. A terme, le capitalisme s’autodétruit.

En attendant, de l’autre côté de l’Atlantique, le « maccarthysme » néo-communiste prend des formes de plus en plus grotesques. Le titre phare de la presse américaine, le vénérable « New York Times » affirme le plus sérieux du monde que « le gouvernement russe aurait influencé les élections présidentielles de 2016 en ayant ciblé, en particulier, la communauté afro-américaine et la communauté LGBT, via les réseaux sociaux », « facebook » et « Twitter », se basant sur un rapport, commandé par le sénat américain à « New Knowledge », une société de cybersécurité, basée à Austin au Texas, publié le 17 décembre dernier.

Le pedigree des deux fondateurs de cette firme en dit long sur leurs motivations. Ryan Fox a passé 15 ans de sa vie aux services de la NSA (National Security Agency), ancien membre d’un commandement subordonné, « Joint Special Operations Command » (JSOOC) de l’armée américaine en tant qu’analyste. Jonathon Morgan de son côté, a travaillé pendant 12 ans comme expert à la prestigieuse « Brookings Institution », un « think-tank » néolibéral, fondé à Washington en 1916, pour ensuite entrer au service du Département d’Etat de l’administration Obama.

La firme se vante sur son site internet d’avoir trouvé l’outil informatique, permettant « d’identifier les mécanismes d’interférence, utilisés par des agents russes dans l’élection présidentielle de 2016. » Parmi ses clients on compte la communauté du renseignement américain ainsi que les plus grandes multinationales.

Dans un sursaut patriotique les « cyber-geeks » auraient, selon leur dire, « senti le besoin de fournir aux agences du renseignement et aux acteurs majeurs de l’économie un outil fiable de « détection de la désinformation » dans le but de défendre l’opinion publique. »

Se basant précisément sur le rapport de « New Knowledge », le député Jerrold Nadler, représentant du 10ème district de l’Etat de New York, qui avait comparé la supposée interférence russe dans les élections de 2016 à l’attaque japonaise de la base navale américaine « Pearl Harbor » en 1941, interroge, lors d’une audience au sénat, Sundar Pichai, le Directeur Général de la multinationale « Google » au sujet de l’ampleur du piratage russe.

Jerrold Nadler : « Connaissez-vous le montant en frais de publicité qu’ont dépensé ces agents russes, dont parlent les médias ? » Sundar Pichai : « Nous avons effectué une investigation approfondie à ce sujet et nous savons qu’il y a eu, sur toutes nos plateformes, deux « ads », liés à des internautes russes, pour la somme de 4'700 USD. » (?)

Selon un article, paru dans le « Washington Post » Jonathon Morgan, un des deux cofondateurs de « New Knowledge » avait été suspendu par le réseau social « facebook » pour avoir organisé, en décembre 2017, des interférences ciblées dans les élections spéciales en Alabama, entre le candidat démocrate Doug Jones et le républicain Roy Moore, via un compte fictif.

Mandaté par des membres du Parti démocrate, Jonathon Morgan a admis publiquement avoir lancé une campagne de désinformation sur le réseau « facebook » en créant une page bidon dans le but de salir la réputation du candidat républicain, l’accusant d’agression sexuelle, encourageant les électeurs, favorables au Parti démocrate de se déplacer aux urnes, tout en incitant les citoyens républicains à voter pour un candidat marginal pour affaiblir le candidat officiel.

Le site d’information « grayzone project » du journaliste Max Blumenthal remarque dans un article à ce sujet que ce procédé correspond exactement à celui dont la firme accuse les « troll farms » russes, telles que « Internet Research Agency », basée à Saint-Pétersbourg.

Toujours selon le même article, « New Knowledge » aurait également fabriqué, sur internet, un lien entre le candidat républicain Roy Moore et le Kremlin, prétendant que ses adhérents « twitter » étaient des « bots informatiques » d’origine russe. Tout en admettant l’opération, Jonathon Morgan se défend d’avoir voulu tester simplement une nouvelle technologie.

Seulement le « geek » ne s’arrête pas en si bon chemin. Il est cité par la chaîne d’information « Fox News » et le « Wall Street Journal » pour avoir « détecté des centaines de comptes « facebook » et « twitter », manipulés par des agents russes, dans le but d’influencer le mouvement contestataire français des gilets jaunes, car celui-ci inquiéterait, selon le « Wall Street Journal », la classe néolibérale centriste (?) des deux côtés de l’Atlantique. Jonathon Morgan admet certes qu’il n’a aucune preuve, mais qu’il y croit dur comme fer. (?)

En attendant, le capital poursuit son objectif principal, le rendement. Ainsi, le plus grand gestionnaire de fortune, « BlackRock » (6'440 milliards USD sous gestion, près d’un tiers de la dette souveraine des Etats-Unis) fait une fleur à l’environnement en titrant de façon sibyllin sur son site internet « sustainable investing, a « why not » moment », et de poursuivre que « Nous pensons que l’investissement dans des titres « durables » ne compromet pas nécessairement l’objectif de rendement, mais peut, au contraire, offrir une meilleure rentabilité, ajustée au risque, à long terme. »

En tout état de cause la société de gestion patrimoniale pense que « l’économie mondiale s’approche de sa capacité maximale, grâce aux Etats-Unis (réduction massive des impôts sur le bénéfice des entreprises et des revenus des grandes fortunes ndlr), mais son expansion continuera encore pendant quelques années. » (?)

Dans l’ouvrage « Power Elite », paru en 1956, le sociologue américain Charles Wright Mills contredit la thèse prédominante de ses confrères à l’époque, selon laquelle la société américaine aurait permis une mobilité sociale inégalée. Au contraire, la vraie mobilité se serait limitée à celle entre les trois principaux secteurs du pouvoir, la politique, l’économie et l’armée.

Aujourd’hui, la concentration du pouvoir ne se limite plus aux frontières d’un pays mais elle est devenue globale. Actuellement, au niveau de la planète, huit individus disposent d’autant de fortune que les 3,6 milliards d’humains les plus pauvres, la moitié de l’humanité.

Peter Philips, professeur en sociologie, ancien directeur du « project censured », analyse dans son nouveau livre « The Global Power Elite » (préface par Noam Chomsky), la nouvelle structure de cette élite et dans quelle mesure le centre de gravité du pouvoir s’est déplacé.

En 2018, le pouvoir, politique et économique, se trouve moins en mains des grandes familles riches, bien que les 2'000 milliardaires et les 36 millions millionnaires continuent à profiter de leur fortune, mais en mains des fonds d’investissement transnationaux, dont les 200 dirigeants des 17 d’entre eux contrôlent une fortune de 41’000 milliards USD, dont « BlackRock » est le plus important.

80% de la population mondiale vit avec moins de 10 USD par jour, la moitié vit avec moins de 3 USD et un quart avec 2 USD pendant qu’un tiers de la nourriture produite chaque année est détruite parce que leur vente ne génère pas un rendement acceptable.

Ces géants de la finance échappent à la régulation bancaire parce qu’ils agissent uniquement en tant qu’intermédiaires, ou conseillers, et n’engagent pas leurs bilans dans leurs transactions. Le risque systémique qu’ils représentent pour le système financier mondial toutefois ne peut plus être occulté.

Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • Votre billet comporte deux sujets distincts. L'attitude des Angles et des Saxons envers les Slaves est un problème de haine raciste avant toute chose...
    Quant à cela :
    "Actuellement, au niveau de la planète, huit individus disposent d’autant de fortune que les 3,6 milliards d’humains les plus pauvres, la moitié de l’humanité."
    Que cette fortune soit en mains de huit personnes ou 8000 ou 800'000, qu'est-ce que cela change ? Beaucoup plus de gaspillages (tous ces riches voulant tous plus de palais plus fous les uns que les autres, gaspiller leur fortune plus que leur concurrent, etc, etc...*
    Du point de vue écolo, c'est donc une très bonne chose. Et pour ce qui est des pauvres, ils ne feront pas moins d'enfants en devenant plus riches.
    Et comme le problème n°1, c'est la surpopulation...
    * Si vous passez par la Plaine du Rhône pour aller sur le Valais, vous verrez un seul endroit préservé. Parce qu'il appartient à un seul propriétaire, qui ne tolère pas les intrusions chez lui. Sinon, cette colline serait couverte de villas, comme partout ailleurs alentour...
    La protection de l'environnement, c'est forcément de droite. Les dits écologistes sont des guignolos pastèques...

  • "Ces géants de la finance échappent à la régulation bancaire parce qu’ils agissent uniquement en tant qu’intermédiaires, ou conseillers, et n’engagent pas leurs bilans dans leurs transactions." (Bruno Hubacher)

    Remarquablement résumé, Monsieur Hubacher.

  • @ M. Hubacher,
    Je commence sérieusement à penser qu'il y a un bug dans le fonctionnement du cerveau humain tel que formaté par les idéologie du désert. Je note qu'il est question de lire Marx et non de le relire. Il est plus que jamais actuel. Toutefois il y a une chose - sauf erreur - que Marx n'a pas prévue et qui a permis de retarder la dégénérescence du système. C'est le recrutement du prolétariat à l'étranger, la délocalisation de la production industrielle hors des pays occidentaux pour maximiser le taux de profit. C'est ainsi qu'il a été possible d'acheter le prolétariat européen (en le soustrayant aux tâches les plus ingrates ou pénibles) et ce d'autant plus rapidement que les analyses de Marx ont été purement et simplement oubliées. On peut parler d'une trahison de ceux qui prétendaient représenter le prolétariat. A noter aussi que les délocalisations ont permis plus rapidement à ceux qui ont su en profiter avec une économie dirigée de devenir des concurrents, qui comme l'analysait Marx vont exacerber les contradictions du système.

    Je persiste à soutenir que ceux qui se prétendent de "gauche" et qui vomissent actuellement la Russie, sont des traitres ou des personnes totalement incapables de comprendre le monde actuel. Objectivement ils soutiennent la bourgeoisie occidentale. Sans doute parce qu'elle leur assure des positions confortables.


    @ géo
    "L'attitude des Angles et des Saxons envers les Slaves est un problème de haine raciste avant toute chose..."
    Les anglais sont racistes envers tout ce qui n'est pas anglais. Les Irlandais, les Ecossais, par exemple.

    "Et pour ce qui est des pauvres, ils ne feront pas moins d'enfants en devenant plus riches."
    C'est faux bien entendu. Tous les pays riches ont un taux de natalité inférieur au renouvellement de la population.

    "Sinon, cette colline serait couverte de villas, comme partout ailleurs alentour..."
    Villas qui permettent à leurs promoteurs de s'enrichir.
    Cette colline, combien d'hectares?

    géo: je vous adresse mes meilleurs voeux pour l'année prochaine et avant tout une bonne santé!
    Que nous puissions continuer à nous chamailler!

  • @ M. Hubacher,
    Je commence sérieusement à penser qu'il y a un bug dans le fonctionnement du cerveau humain tel que formaté par les idéologie du désert. Je note qu'il est question de lire Marx et non de le relire. Il est plus que jamais actuel. Toutefois il y a une chose - sauf erreur - que Marx n'a pas prévue et qui a permis de retarder la dégénérescence du système. C'est le recrutement du prolétariat à l'étranger, la délocalisation de la production industrielle hors des pays occidentaux pour maximiser le taux de profit. C'est ainsi qu'il a été possible d'acheter le prolétariat européen (en le soustrayant aux tâches les plus ingrates ou pénibles) et ce d'autant plus rapidement que les analyses de Marx ont été purement et simplement oubliées. On peut parler d'une trahison de ceux qui prétendaient représenter le prolétariat. A noter aussi que les délocalisations ont permis plus rapidement à ceux qui ont su en profiter avec une économie dirigée de devenir des concurrents, qui comme l'analysait Marx vont exacerber les contradictions du système.

    Je persiste à soutenir que ceux qui se prétendent de "gauche" et qui vomissent actuellement la Russie, sont des traitres ou des personnes totalement incapables de comprendre le monde actuel. Objectivement ils soutiennent la bourgeoisie occidentale. Sans doute parce qu'elle leur assure des positions confortables.


    @ géo
    "L'attitude des Angles et des Saxons envers les Slaves est un problème de haine raciste avant toute chose..."
    Les anglais sont racistes envers tout ce qui n'est pas anglais. Les Irlandais, les Ecossais, par exemple.

    "Et pour ce qui est des pauvres, ils ne feront pas moins d'enfants en devenant plus riches."
    C'est faux bien entendu. Tous les pays riches ont un taux de natalité inférieur au renouvellement de la population.

    "Sinon, cette colline serait couverte de villas, comme partout ailleurs alentour..."
    Villas qui permettent à leurs promoteurs de s'enrichir.
    Cette colline, combien d'hectares?

    géo: je vous adresse mes meilleurs voeux pour l'année prochaine et avant tout une bonne santé!
    Que nous puissions continuer à nous chamailler!

  • Le BlackRock qui à géré 3.5 Mia de CHF d'actifs en 2018 pour le compte de notre Fond de l'AVS ? ;p

  • Oui,bien sûr.

    En même temps,la belle partition de la fin du capitalisme, "modèle économique anglo-saxon" (???), je l'ai déjà entendu jouer dans différentes salles, avec diverses orchestrations, de nombreux chefs d'orchestre et de multiples auditeurs.

    Mon sentiment a toujours été que ces interprétations cachaient mal l'envie de jouer ds vraies oeuvres, c'est-à-dire celles d' Adam Smith, voire de ses maîtres.

    J'en tire la conclusion que même les plus fervents "anti-capitalisme" n'ont pas d'alternative à proposer. De beaux rêves, sans doute, qui flattent certaines valeurs - dont le recensement est d'ailleurs édifiant.

    Oui, le capitalisme ne nous donnera pas la solution que nous cherchons. Espérons qu'il aura la force, dans son grand âge, sa sagesse et son expérience de nous donner des conseils utiles.

    Bonne année 2019 !

Les commentaires sont fermés.