20/12/2018

La privatisation de la guerre

Le retrait des troupes américaines de Syrie, annoncé par le président américain, est avant tout une opération commerciale.

En effet, énoncé au mois d’avril de cette année déjà (WSJ) le président suit les recommandations du frère de sa secrétaire à l’éducation, Betsy De Vos. Se montrant reconnaissant d’une contribution généreuse de 250'000 USD à sa campagne présidentielle, Donald Trump s’apprête à remplacer le personnel de l’armée américaine sur sol syrien par des mercenaires de la société militaire privée « Academi », plus connu sous le nom de « Blackwater », sous la direction de son fondateur, Erik Prince.

Fils de l’équipementier automobile et milliardaire, Edgar Prince, mort en 1995, Erik Prince investit le produit de son héritage dans la création, en 1997, d’une société militaire privée du nom de « Blackwater », aujourd’hui « Academi ».

Après avoir obtenu des mandats de l’administration Bush d’une valeur de plus de 1 milliard USD pour des « opérations spéciales » dans l’invasion américaine en Iraq (NYT), « Blackwater » se donna une nouvelle virginité en changeant de nom en 2011, suite à un « couac », survenu le 16 septembre 2007 pendant une de ses interventions à Bagdad, opération désormais connu sous le nom de « massacre du Nisour Square ».

En octobre 2014, un tribunal américain condamne trois ex-employés de la firme à des peines de prison allant de 30 ans à perpétuité pour avoir massacré 14 civils et blessé 17 autres, dont des enfants.

Dans le but d’éviter une résurgence des guerriers d’Allah sur sol syrien, l’administration Trump envisage de mettre à contribution financière les leaders d’Egypte, d’Arabie Saoudite, le Qatar et des Emirats-Arabes Unis dans le but de remplacer l’armée américaine par une armée de mercenaires privée, afin de faire régner l’ordre dans la zone à l’est de l’Euphrate, actuellement contrôlée par les américains (WSJ). Une récente déclaration de la part d’Erik Prince, qui a visiblement eu accès aux mêmes contacts, vont dans le même sens.

En effet, contacté « de façon informelle » par des dirigeants de divers pays arabes, Erik Prince propose pour la Syrie un concept déjà exposé dans le cadre de l’occupation américaine de l’Afghanistan, celle de l’instauration d'une force militaire privée, de préférence gérée par sa société « Academi », sous le commandement d’un « vice-roi » américain, placé sous la direction du président, un retour au colonialisme britannique du 19ème siècle.

Pour le président américain, autant que pour le président français, qui, à ce stade est encore aux questions sociales, l’apothéose de la réalisation d’une société capitaliste est le contrôle de l’armée.

14:14 Écrit par Bruno Hubacher | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

Sans soutien aérien, sans exclusion aérienne russe et syrienne, je ne donne pas cher de la peau des mercenaires. Ce n'est pas une armée, juste un gang d'assassins.

Écrit par : Daniel | 21/12/2018

"Ce n'est pas une armée, juste un gang d'assassins." Sans aucun doute. Notez que cela ne fait pas une grande différence avec le soldat américain de base. D'ailleurs, au bout du bout, ce sont les mêmes. Ils risqueraient de crever sans soutien aérien ? Je sens que cela va m'empêcher de dormir...

Écrit par : Géo | 21/12/2018

"Je sens que cela va m'empêcher de dormir..."
Pour une fois que nous sommes d'accord!

Écrit par : Daniel | 21/12/2018

Votre commentaire ne cessant de m'intriguer, j'ai cherché d'autres possibilités.
Il y en a deux.

1) La présence des S-300 permet à la Syrie et à ses alliés de verrouiller le ciel au-dessus du pays. Tout récemment une unité de S-300 a été emmenée du côté de Deir-Ezzor et donc près des unités yankees. Comme les yankees sont illégalement en Syrie et Trump pour une fois tient la parole prononcée lors de son investiture: son pays n'est pas le gendarme du monde.

2) Ce rapport fort intéressant qui donne une idée de la corruption du complexe militaro-industriel capable de pomper un pognon de superdingue pour un résultat catastrophique (dont je me réjouis):
http://thesaker.is/the-pentagon-realised-what-it-has-done-the-chinese-put-the-us-army-on-its-knees/

C'est bien beau de vouloir montrer ses muscles, mais encore faut-il en avoir. Certes les yankees ont un pouvoir de nuire considérable, mais ils ne sont plus à l'abri ni de la part de la Russie, ni de la Chine.
https://www.zerohedge.com/news/2018-12-21/china-tests-sub-launched-nuclear-missile-can-hit-usa-thousands-miles

D'autres éléments:

3) Possibilités pour la Russie de construire des bases militaires dans les Caraïbes-le retour, ce qui rend les yankees complètement dingos. Mais voir 3).

4) Les mensonges yankees pourraient commencer par s'effondrer les uns après les aures:

http://lesakerfrancophone.fr/911-les-preuves
https://reseauinternational.net/enorme-la-russie-veut-verifier-si-le-voyage-des-americains-sur-la-lune-netait-pas-un-canular/

Pour JFK, j'attends que Trump lâche dans le public les derniers dossiers dissimulés. Un seul m'intéresse: la feuille d'impôt d'Oswald. Mais je pense qu'elle aura été détruite.

Écrit par : Daniel | 23/12/2018

Les commentaires sont fermés.